Bouquets de saison

Tendances

Le décor floral fait partie de la décoration, au même titre que les couleurs de nos murs, nos pièces chinées, nos tissus ou papiers peints.

Les bouquets ou compositions florales sont à choisir en fonction des saisons, de la pièce à fleurir ou de la circonstance.

Votre imagination n’a pas de limites dans la conception de vos bouquets. Osez le mariage des variétés sophistiquées et champêtres, l’association des couleurs et des espèces, et jouer sur les hauteurs.

Le contenant aussi est très important : pot en grès, vieilles bouteilles, pichet en verre ou cristal de Baccarat, sont autant de solutions pour sublimer vos fleurs.

L’entrée, lieu de passage obligé, est le 1er contact avec le lieu de vie. C’est à partir de là que l’on perçoit l’ambiance, le style, le climat du reste de l’appartement ou de la maison.

À vous de trouver, une petite console ou une étagère, même modeste pour y placer un petit bouquet odorant. Si la lumière naturelle se fait rare, des fleurs séchées dans une panière en rotin ou un pot en céramique et alors, bienvenue aux invités !

Dans la salle à manger, quand elle n’est pas utilisée, composer un centre de table en multipliant les contenants, par 3, alignées ou en pêle-mêle, laisser aller votre créativité.

Dans le salon, souvent la pièce la plus grande, on joue sur de gros bouquets en centre de table basse, comme les tournesols en août, les tulipes au printemps ou les intemporelles roses, tout au long de l’année.

L’achat chez le fleuriste n’est pas toujours nécessaire. Les fleurs des champs, herbes folles, blés et épis de maïs se trouvent facilement au cours d’une ballade. Ajouter quelques branchages, des rubans de tissus et le tour est joué !

« IL Y A DES FLEURS PARTOUT POUR QUI VEUT BIEN LES VOIR »

MATISSE

Je chine et je trouve !

Tendances

Les marchés aux puces et brocantes regorgent de précieuses trouvailles, souvent pas plus chères que mon sandwich de ce midi.

Mais alors, comment s’y prendre pour partir à la chasse aux trésors ?

  • Se lever à l’aube, les yeux cernés et pas tout à fait réveillée, le dimanche matin après une courte nuit ?
  • Avoir une thèse en histoire de l’art pour stopper la pièce rare et ne pas se faire avoir ?

Non, rien de tout cela !

Seule motivation, pour une bonne recherche, l’enthousiasme et beaucoup de patience.

Vous ne trouverez pas toujours des objets intéressants, mais n’hésitez pas à regarder sous les tables, fouiller, soulever et à un moment, l’objet idéal apparaîtra.

Un achat chiné, c’est souvent une belle économie par rapport à un achat manufacturé. Mais en plus, on s’inscrit dans une démarche écoresponsable, c’est en fait un mode de pensée, de réflexion. L’art de la seconde main !

Quand bien même, un peu de restauration est nécessaire, le coût d’achat restera inférieur à du neuf de même qualité.

Quelques astuces pour bien chiner :

  • Travailler en mode collection :

Se concentrer sur un thème, vous permettra de ne pas passer à côté de l’objet. Les collections sont multiples et variées. Une collection de verreries, de vieilles clefs, de cuillères en bois ou de petits anges en céramique, tout est permis tant que cela vous fait plaisir.

  • Chercher le bon rangement :

Panières, cruches, boîtes en métal ou cartons à chapeaux, sont autant de solutions décoratives pour un rangement astucieux et esthétique. À superposer ou en exposition, mixer les formats et les couleurs.

  • Les cadres et les miroirs :

À multiplier en fonction de leurs formes et de leurs finitions, ils forment un ensemble mural à construire dans le temps. On commence par 1, puis 2, jusqu’à composer un ensemble harmonieux et personnel.

  • Les vases :

De belles fleurs, des pinceaux, des ciseaux, sont autant de solutions à mettre dans de beaux vases, vielles bouteilles ou pichets en étain. Disposés, sur un guéridon ou en centre de table, les vases offrent une décoration simple et efficace.

Bref, vous l’aurez compris, chiner rend la décoration accessible, économique, en lui donnant un côté ludique, personnelle et participative.

L’idée, c’est mélanger, plutôt qu’assortir !